Les quartiers d’Athènes

Publié le par Claire Seguin

Les quartiers d’Athènes

Vue sur Athènes depuis l’Acropole.

La ville d’Athènes s’étire en longueur le long d’une vallée ouvrant sur la mer Egée, dans le prolongement de laquelle se trouve le port du Pirée. Le centre ville est toujours rassemblé autour de l’Acropole qui reste le repère majeur de la cité. Mais les quartiers chics de la ville sont pour la plupart soit au nord de la ville (Kifisia, Marousi), soit très au sud-est le long de la côte (Glyfada, Vouliagmeni). Le cœur  d’Athènes est lui populaire, commerçant, actif, administratif, et peu résidentiel.

Sommaire de la fiche 

Le cœur d’Athènes (Syntagma, Omonia, Monastiraki) - Les quartiers chics du centre ville (Kolonaki, Mets, Le Lycabette) – Les quartiers intellectuels (Panepistemiou, Neapoli) – Les quartiers touristiques (Plaka, Thissio, Akropoli) – Le site archéologique de l’Acropole - Les quartiers où sortir le soir (quand on est jeune) (Exarhia, Gazi) - Les quartiers populaires au sud de l’Acropole (Petralona, Koukaki, Sygrou-Fix, Kallithea) - Le quartier des hôpitaux - Les quartiers chics du nord d’Athènes (Kifisia, Marousi, Irini Stadium olympique) - Les quartiers chics du sud d’Athènes, en bord de mer (Glyfada, Vouliagmeni) - Le Pirée

Les quartiers d’Athènes

Schéma situant les quartiers d’Athènes les uns par rapport aux autres.

Le cœur d’Athènes

Le centre ville d’Athènes est groupé dans un triangle compris entre la place Omonia, la place Syntagma et la place Monastiraki. Tout le quartier est très commerçant, traversé de nombreuses rues piétonnes et de petites rues bordées de boutiques. Dans ce périmètre, tous les déplacements peuvent être faits à pied, même s’il est possible de prendre le métro pour rejoindre un point ou l’autre. Il faut compter environ sept à huit minutes pour descendre la rue Ermou de la place Syntagma à Monastiraki, une vingtaine de minutes pour se rendre de Syntagma à Omonia en prenant la rue Stadiou, et une quinzaine pour parcourir la rue Athinas entre Omonia et Monastiraki.

La place Syntagma peut être considérée comme le centre géographique et politique d’Athènes.

La place Omonia est l’épicentre commerçant de la ville, avec un grand centre commercial, l’Hondos Center, beaucoup de petites boutiques, une station de métro importante (lignes 1 & 2), de nombreux arrêts de bus et surtout un accès vers toutes les petites rues commerçantes du quartier. La rue Athinas permet de rejoindre Monastiraki. Débordante d’activité, cette artère est bordée par le grand marché central d’Athènes.

La place Monastiraki est l’épicentre touristique d’Athènes. Toutes les promenades peuvent partir de Monastiraki : les ruelles de Plaka, l’Acropole et les sites archéologiques, ou le célèbre Marché aux puces d’Athènes, installé à quelques pas de la place dans de petites ruelles piétonnes en direction de Thissio et de ses allées bordées de cafés au pied du Parthénon…

Les quartiers d’Athènes

La place Syntagma (Συνταγμα)

Surplombée par le Parlement grec, bordée par de Grands hôtels dont le luxueux Hôtel Grande-Bretagne (en français), elle s’organise autour d’une très belle place de marbre blanc, ombragée et décorée d’une fontaine centrale. Dans le bas, elle s’ouvre sur la grande rue commerçante d’Athènes, la rue Ermou. La place Syntagma joue très souvent le rôle d’un point de rencontre pour les promeneurs ou d’un lieu de manifestation et de débat social, passage obligé de tous les cortèges, qu’ils soient organisés à l’occasion de festivités ou de revendications sociales. A l’abri de ses arbres, elle garde un caractère convivial qui attire autant les Athéniens que les touristes.

Les quartiers d’Athènes

La place Omonia (Ομονια)

Longtemps centre commerçant d’Athènes, où l’on trouvait boutiques et grands hôtels, elle a perdu en renommée depuis que des groupes d’extrême-droite ont essayé de se l’approprier. La considérer comme un coupe-gorge est cependant très exagéré, même s’il faut être vigilant le soir. En journée, la place reste très vivante et très fréquentéeet en proie à une circulation intense​.

Les quartiers d’Athènes

La place Monastiraki (Μοναστηρακι)

Animée à toute heure de la journée et du soir, elle est située à la croisée de la rue Ermou et de la rue Athinas qui débouchent sur ses marches et dominée par son ancienne Mosquée Tsisdarakis reconvertie en Musée d’art populaire grec, accueillant une collection de céramique populaire. Ses kiosques, ses marchands de fruits, ses petits restaurants, ses artistes de rue attirent les badauds.

Les quartiers chics du centre ville

Les quartiers chics du centre ville sont situés auprès du Lycabette et de l’Acropole, au-delà de la place Syntagma et du Parlement. Ils dominent la ville populaire et le centre commerçant qui s’étendent à leurs pieds. De grandes demeures néo-classiques longent les avenues V. Sofias ou Vassileos Konstantinou, tandis que des immeubles plus résidentiels s’agrippent aux pentes du Lycabette et jusqu’au stadium Panathinaikon, ainsi que dans les rues avoisinantes.

Au pied du Lycabette, sur son versant ouest, faisant face au Parlement et à l’Acropole, le quartier Kolonaki, un peu en retrait de la ville populaire qu’il surplombe, s’est imposé comme le quartier chic d’Athènes. Les ambassades étrangères et les boutiques de luxe lui donnent un caractère plus international mais ses cafés à terrasse, ses kiosques, restent typiques de la vie athénienne. Au sud, l’avenue V. Sofias, où se situe l’ambassade de France, est l’artère majeure qui longe le quartier.

A l’ouest du Parlement, de son parc, du Zappeion et du site archéologique de l’Arc d’Adrien et du temple de Zeus Olympien, se trouve un quartier accoté au Stadium Panathinaikon Kalimarmara, essentiellement résidentiel mais très agréable et très coté, qui porte le nom de Mets. Cette évocation insolite de la ville française de Metz est liée à la construction d’une ancienne maison de campagne dans le quartier par le bavarois Karl Johann Fuchs, célèbre fondateur de la brasserie Fix. Il avait nommé sa bière Metz en l’honneur d’une bataille de la guerre franco-prussienne de 1870. La bière Fix (ou Fix Hellas), créée dès 1864, a gardé le monopole du marché grec pendant plus d’un siècle avant de connaître des revers dans les années 1970.

Les quartiers d’Athènes

La place Kolonaki (Κολωνακι)

La place Kolonaki est située entre le Lycabette et l’avenue V. Sofias, au milieu de petites rues élégantes, bordées de boutiques chics. Des immeubles résidentiels s’étagent en hauteur, au-dessus de la place, sur les pentes ombragées du Lycabette, auquel des sentiers et des escaliers donnent accès, pour ceux qui souhaitent entreprendre la promenade…

Les quartiers d’Athènes

Le quartier Mets, auprès du Stadium et du temple de Zeus Olympien

Le quartier Mets a gardé le chic qu’il avait du temps où Karl Johann Fuchs s’y était installé. Pour la « petite histoire » et bien que la compagnie ait changé de mains, les petites canettes bleues et blanches existent toujours et connaîtraient un regain de popularité. Il s’agit d’une bière blonde et légère, semblable aux bières bavaroises, et très rafraîchissante en été.

Les quartiers d’Athènes

Le Lycabette (Λυκαβηττου)

Entreprendre l’ascension du Lycabette est une aventure ! Mais la promenade est récompensée par un point de vue exceptionnel sur la cité grecque. De nombreux sentiers, des escaliers, grimpent vers le Lycabette à partir de Kolonaki ou de Neapoli. D’abord ombragés, ils s’accrochent ensuite à flanc de rocher, au milieu des plantes grasses. Le panorama sur Athènes et sur l’Acropole, qui se découpe sur le rivage marin dans le lointain, est extraordinaire et attire les rêveurs comme les amoureux. Promenade romantique par excellence, le sommet est couronné par un petit édifice religieux… et par quelques terrasses de cafés pour ceux qui auraient besoin d’un réconfort…

Les quartiers intellectuels

Sur l’autre versant du Lycabette que celui de Kolonaki, entre la station de métro Panepistemiou et le bas de Kolonaki, s’étend le quartier Neapoli, strié de petites rues étroites, proches de l’université et de la bibliothèque nationale, où l’on trouve beaucoup de librairies, des théâtres, des cafés étudiants… et l’Institut français d’Athènes. Quartier de contrastes qui vit depuis des mois au rythme des manifestations pour la sauvegarde des institutions culturelles, et en premier lieu de l’Université, il cache aussi derrière certains de ses murs de véritables havres de paix…

 

Les quartiers d’Athènes

La station de métro Panepistemiou un jour de grève.

Située sur l’avenue du même nom, parallèle à Stadiou, la station Panepistemiou, à égale distance de Syntagma et Omonia, débouche devant l’Université et la Bibliothèque nationale grecque, sur une belle place dallée et ornée de pelouses et d’orangers. Les magnifiques édifices néoclassiques de l’avenue donnent un cachet tout particulier au quartier.

Les quartiers d’Athènes

Cour du Musée philatélique, Athènes.

De magnifiques jardins existent derrière les murs et certaines portes cochères des avenues d’Athènes. La cour du Musée philatélique d’Athènes fait partie de ces enclos de verdure où des terrasses ornées de sculptures grecques incitent le promeneur à une pause à l’abri de l’agitation de la vie citadine… Sur Panepistimiou, les édifices néoclassiques, qui datent tous du XIXème siècle et ont été dessinés par des épigones d’Heinrich Schliemann, peuvent décevoir l’esthète en quête d’authenticité. Il n’en demeure pas moins que la Bibliothèque nationale, l’Université, l’Académie, créent un ensemble monumental saisissant, que la douceur des jardins qui les entourent humanise.

Les quartiers touristiques

Si la place Monastiraki est l’un des repères essentiels du touriste, où trouver en journée comme le soir des lieux de restauration ou des boutiques de souvenirs, elle n’est souvent qu’un passage qui donne accès vers Thissio, Plaka et même Akropoli. Le pourtour de l’Acropole est le principal terrain d’expérience du promeneur en quête de souvenirs archéologiques ou pittoresques. La plupart des sites archéologiques se trouvent d’ailleurs à quelques encablures de la place…

 

Les quartiers d’Athènes

Petits cafés à Plaka (Πλακα)

Dédale de petites rues accrochées au flanc de l’Acropole, Plaka est le paradis des chats et des promeneurs. Dans les rues les plus basses, s’alignent les boutiques touristiques et leurs étals bigarrés, que l’on peut suivre jusqu’à Akropoli. Mais en prenant les ruelles transversales qui remontent à flanc de colline, la promenade prend très vite un tour plus intimiste. Quelques petits cafés alignent des tables, ouvertes tard en soirée. L’entrelacs des rues en escalier forme un véritable labyrinthe où se nichent de petites maisons basses dans un calme soudain surprenant. Il faut se perdre dans ces ruelles et ces escaliers tortueux, découvrir les jardins cachés derrière des murets blanchis à la chaux et admirer la vue sur Athènes qui se découvre au tournant d’une bâtisse.

Les quartiers d’Athènes

Vue sur Thissio depuis l’Acropole (Τησειου)

Thissio se rejoint depuis Monastiraki par de petites rues piétonnes touristiques bordées de cafés ou de boutiques. Le Marché aux puces est situé entre les deux stations et est actif toute la semaine, même s’il est plus animé le week-end. Thissio, dont les allées bordent le parc de l’Acropole, est surtout un lieu de promenade célèbre pour ses terrasses et son cinéma en plein air…

Les quartiers d’Athènes

Le nouveau musée de l’Acropole à Akropoli (Ακροπολη)

Toujours au pied de l’Acropole, dont la station de métro porte le nom, le quartier est aujourd’hui dominé par le spectaculaire nouveau musée de l’Acropole, dédié aux œuvres et aux fouilles de la célèbre colline. Quartier fonctionnel, le promeneur y trouvera des échoppes où prendre des repas rapides, un bureau de poste, des agences de location de voitures ou de vélos et l’office de tourisme d’Athènes.

Le site archéologique de l’Acropole

Le site archéologique de l’Acropole est inséré dans un immense parc ouvert au public qu’il serait dommage de ne pas explorer. C’est un lieu de promenade exceptionnel, tant par les points de vue qui se dessinent sur la cité au gré des sentiers que par la douceur de ses ombrages, tout particulièrement en été. Le coucher de soleil sur Thissio ou le panorama sur la mer Egée qui se découvre du haut de la colline Filopapou sont extraordinaires.

Les quartiers d’Athènes

Les Propylées de l’Acropole

Le site de l’Acropole lui-même est soumis à un droit d’entrée de 12 €, mais qui inclut tout un ensemble de visites (l’Ancienne Agora, le Kerameikos, l’Arc d’Hadrien, le temple de Zeus Olympien, etc.) qui peuvent se faire sur quatre jours. Bien que le site soit en travaux, la visite reste exceptionnelle. C’est un moment d’émotion et de découverte, qui n’exclut pas une touche de romantisme…

Les quartiers d’Athènes

Carte du site de l’Acropole.

Les quartiers où sortir le soir (quand on est jeune)

Deux lieux s’imposent pour la jeunesse qui souhaite sortir le soir : Exarhia et Gazi. Les deux quartiers ont cependant des caractères très différents, que chacun appréciera selon son tempérament… Les fêtards trouveront sur place, auprès de la jeunesse qui fréquente les lieux, toute information complémentaire sur les lieux de sorties nocturnes.

 

Les quartiers d’Athènes

Exarhia (Εζαρχειων)

Le quartier Exarhia se situe auprès des universités du centre ville et de l’Ecole Polytechnique, centre névralgique de la révolution de 1973, lorsque les étudiants se sont soulevés contre le régime des Colonels. Considéré comme un quartier anarchiste, il s’organise autour de la place Exarhia et de ses cafés dont la vie nocturne est, paraît-il, intense. Toutes les rues qui l’entourent sont couvertes de tags et d’affiches reflétant l’intense activité militante de ses habitants et lui donnant un caractère unique. La place Exarhia, triangulaire, est blottie au milieu de rues étroites situées au-delà d’Akadimias, une avenue parallèle à Stadiou.

Les quartiers d’Athènes

Les cheminées de Gazi (Γκαζι)

Gazi s’ordonne autour de la place où débouche le métro Kerameikos. Situé à l’ouest de Thissio, le quartier doit son nom à l’ancienne Usine à Gaz derrière laquelle il s’est développé et dont les cheminées en brique sont toujours en place. Aujourd’hui reconvertie en Centre culturel, l’usine abrite, entre autres, la cinémathèque d’Athènes. Outre les cafés qui entourent la place, d’innombrables pubs et boîtes de nuit se sont installés dans les petites rues adjacentes.

Les quartiers d’Athènes

Plan du quartier Gazi, situé au niveau de la station de métro Kerameikos.

Les quartiers populaires au sud de l’Acropole

Les quartiers qui entourent l’Acropole au sud sont peu touristiques et assez populaires. Ce sont des quartiers résidentiels mais actifs, animés de rues commerçantes où se côtoient boutiques et petits cafés, hélas très touchés par la crise. Nombreuses sont les échoppes « à louer ». Dans le sens contraire à celui des aiguilles d’une montre, en partant de Thissio, on a ainsi les quartiers Petralona, Koukaki, Sygrou-Fix et plus au sud, au-delà des « boulevards de petite ceinture » qui font le tour du centre ville, Kallithéa. 

Les quartiers d’Athènes

Sygrou-Fix (Συγγρου-Φιζ)

En remontant vers l’Acropole à partir du métro Sygrou-Fix, s’étend un quartier populaire d’Athènes débordant d’activité, fréquenté surtout par des Grecs, alors qu’il est très proche de l’Acropole, et dont une partie s’appelle Koukaki. On peut sortir en journée comme le soir dans le quartier et trouver des terrasses, des restaurants et des kiosques typiquement grecs. Il est possible aussi d’y faire ses courses dans les boulangeries, boucheries et autres superettes des alentours. Très sympathique, le quartier permet de découvrir la vie des Athéniens, hors des circuits touristiques fléchés, et sans s’éloigner du centre. Sygrou-Fix est aussi une station de bus importante.

De petites rues bordées d’orangers, ici dans le Haut-Petralona.

Le quartier des hôpitaux

Au nord-est du centre ville d’Athènes s’étendent plusieurs quartiers qui n’ont plus rien de touristique mais qui sont des pôles actifs de la capitale. Entre les stations de métro Megaro Moussikis et Ambelokipi, se trouvent rassemblés en particulier un grand nombre des hôpitaux de la ville. Juste à la sortie du métro Ambelokipi, se dresse aussi le quartier général de la police athénienne, un lieu que personne ne rêve de visiter, mais qu’il n’est pas inutile de pouvoir situer rapidement en cas de besoin…

Les quartiers chics du nord d’Athènes

Les quartiers les plus chics d’Athènes sont excentrés dans le nord de la capitale. Deux noms se distingueront très vite dans les conversations, ceux de Kifisia et de Marousi. Ce sont les quartiers de distinction par excellence, dans une cité dont on critique beaucoup le bruit, la circulation, la pollution du centre ville… des réalités indéniables, mais pas toujours aussi épouvantables qu’on pourrait le penser, lorsqu’on a expérimenté les désagréments de bien d’autres capitales. Les Grecs semblent attacher une grande importance à la qualité de vie au quotidien…

 

Les quartiers d’Athènes

Kifisia (Κηφισιά)

Quartier huppé situé au nord d’Athènes, à environ une demi-heure de métro du centre historique de la capitale, Kifisia est un peu le Neuilly-sur-Seine d’Athènes. Le centre, commercial et animé, réunit dans un cadre très agréable et ombragé des boutiques de grand luxe, des cafés et des restaurants pour le voisinage. La sélection sociale est très sensible dans la rue où s’affiche le gratin grec et où circulent des voitures de prix.

Les quartiers d’Athènes

Marousi (Μαρούσι)

Tout aussi chic que Kifisia, mais moins élitiste, le quartier Marousi séduit lorsque l’on arrive en métro par voie aérienne par la grande place conviviale qui entoure la station et où s’alignent de nombreuses terrasses de café, au milieu d’un jardin arboré. Marousi compte aussi tout un quartier de petites rues commerçantes, où des boutiques de tout genre permettent aux résidents de faire leurs courses. Paisible, Marousi a le charme d’un centre ville de province.

Les quartiers d’Athènes

Irini (Ειρήνη) La station de métro du stadium olympique.

Un peu au sud de Mourousi, la station de métro Irini dessert le complexe olympique en partie construit pour les jeux de 2004 par l'architecte espagnol Santiago Calatrava. Situé 37 avenue Kifissias, il est aujourd’hui peu utilisé mais accueille encore de grandes manifestations sportives. Les enfants viennent faire du skate ou du vélo dans ses allées, le dimanche, en famille. Pour les nostalgiques…

Les quartiers chics du sud d’Athènes, en bord de mer

Le second quartier résidentiel ultra-chic d’Athènes se situe très au sud de la capitale, en bord de mer, entre Glyfada (Γλυφάδα) et Vouliagmeni (βουλιαγμενι), là encore à une bonne demi-heure de route du centre-ville. Non desservis par le métro, ces deux quartiers se trouvent aux confins de la ville, à l’est, en direction de Sounion. Le tramway va jusqu’à Glyfada, mais s’arrête là. L’attraction majeure de Glyfada et Vouliagmeni est bien sûr la plage, encore que le rivage soit longé par de grandes voies rapides. L’architecture est très moderne, certainement de haut-standing, mais sans charme particulier.

Le Pirée (Πειραιας)

Le Pirée n’est pas une ville touristique à proprement parler. Très populaire dans sa partie portuaire, là où accostent les ferries, le Pirée est une ville active et commerçante. Certains quartiers sont cependant agréables. Contrairement à l’idée première que l’on peut s’en faire, le Pirée ne compte pas un seul port mais trois, outre un grand port industriel rejeté à l’ouest. A l’est du port des ferries (Kantharos), de l’autre côté de la péninsule, un port de plaisance (Zéa), où sont amarrés des yachts magnifiques, et un petit port de pêche (Microlimano), célèbre pour ses restaurants de fruits de mer, peuvent donner l’occasion d’une promenade. Il existe aussi de petites plages rocheuses où se baigner sans s’éloigner trop d’Athènes.

 

Les quartiers d’Athènes

Vue sur le port du Pirée (Kantharos).

Publié dans Grèce

Commenter cet article