Comment circuler en Grèce : la voiture.

Publié le par Claire Seguin

Comment circuler en Grèce : la voiture.

Quartier Koukaki, Athènes, fin décembre 2013.

Le code de la route est identique ! Les routes sont bonnes dans l’ensemble du pays, ainsi que la plupart des autoroutes qui sont récentes. Les péages sont modiques mais se règlent en liquide. L’autoroute Thessalonique-Athènes (hors saison) est ultra tranquille (puisque les camionneurs prennent le bateau). Les paysages que l’on traverse, sauvages et magnifiques, rendent le trajet très agréable.

Les Grecs ont la réputation d’être des conducteurs dangereux mais l’expression est très exagérée. Certains ont un tempérament expansif (vitesse, zigzag, klaxon…), cependant l’ensemble reste humain. Je trouve la conduite beaucoup plus agressive en banlieue parisienne ou à Bruxelles.

Conduite à Athènes :

La circulation à Athènes est globalement satisfaisante, même si elle est dense à certaines heures. Il faut faire attention :

  • Aux taxis, qui sont les rois de la circulation.
  • Aux deux-roues, surtout l’été, qui se déplacent en nuées (être vigilant : ils peuvent déboucher de tous les côtés. Les cyclistes sont peu nombreux).
  • Aux chiens errants. Il y a beaucoup de chiens des rues, en général paisibles, mais qui peuvent aboyer après les voitures à la tombée de la nuit. Ce n’est pas très fréquent mais c’est très inattendu pour un Français ou un Belge : attention aux écarts… Autre cas de figure : au pic de l’été et de l’après-midi, un chien faisant sa sieste sur la chaussée, débonnaire, dans une petite rue tranquille. Il vous regarde d’un air tendre et heureux lorsque vous pilez … et ne bouge pas d’un poil…

Stationnement :

Le stationnement est gratuit à peu près partout. J’ai vu quelques places réglementées à Kifissia, le quartier chic d’Athènes, au nord de la ville. Rarissime.

Il est assez difficile dans l’hyper-centre (Syntagma-Monastiraki)… comme dans toutes les villes.

Le Grec s’offre le luxe de se garer en priorité dans un emplacement où il a bien la place de le faire, mais il réussit son créneau du premier coup. Il est préférable d’éviter les manœuvres intempestives. Comme partout il convient de faire attention aux portes de garage (C’est écrit en grec mais c’est le même mot : γκαράζ / ΓΚΑΡΑΖ) et aux arrêts de bus qui doivent rester dégagés, ainsi que les carrefours empruntés par les bus. La fourrière peut passer.

Stations services :

Il y en a partout. Les prix varient un peu : plutôt moins chers dans le centre ville (populaire) que dans les banlieues éloignées (chics). La longue rue du Pirée (Piraeus Street) compte un nombre impressionnant de stations services…

Publié dans Grèce

Commenter cet article